mardi 16 novembre 2021

Pourquoi le choix du nucléaire constitue-t-il une erreur de direction sur la route des solutions climatiques.

 


    Bon, je craque, je n'en peux plus. Tout le monde parle du nucléaire en ce moment et je revois sans cesse les mêmes arguments prémâchés par les Spin doctors de l'industrie nucléaire. Je ne peux pas en vouloir aux gens, nous subissons une telle désinformation sur le sujet depuis des décennies, que c'est difficile pour un citoyen lambda de se faire une opinion.

    Il y a une heure j'ai même vu un honnête homme affirmer que maintenant les nouvelles centrales étaient équipées de réacteurs à fusion nucléaire ! Et je ne vous parle pas des diatribes contre les éoliennes.

    Donc, plutôt que de m'énerver en pure perte, je prends sur moi et je vous donne à lire cet article publié hier dans le fameux "Bulletin of the Atomist Scientists". C'est article est réservé aux abonnés, et oui, j'avoue, je suis abonné à ce bulletin qui est une véritable mine d'or d'informations scientifiques sur le sujet. Je ne devrais pas vous le donner à lire, mais disons que je fais cela dans l'intérêt de mon pays et de mes compatriotes (dit comme ça, ça le fait !) ; compatriotes qui ne trouveront jamais ce genre d'article dans les médias français, dont la plupart copient-collent des articles pré-écrit de l'AFP ou des communiqué de presse d'EDF ou ORANO.

    Cet article fait le point sur le nucléaire dans le monde et il explique clairement pourquoi soutenir l'énergie nucléaire au détriment d'alternatives plus rapides et moins chères pour réduire les émissions de gaz à effet de serre est une stratégie perdante.


    L'auteure, Sharon Squassoni est professeur-chercheur à l'Institute for International Science and Technology Policy, Elliott School of International Affairs, à l'Université George Washington. Auparavant, elle a dirigé le programme de prévention de la prolifération au Center for Strategic and International Studies et a été chercheur principal au Carnegie Endowment for International Peace, tous deux à Washington, DC. Elle s'est spécialisée dans la non-prolifération nucléaire, le contrôle des armements et la politique de sécurité pendant trois décennies, au service du gouvernement américain à l'Agence pour le contrôle des armes et le désarmement, le Département d'État et le Service de recherche du Congrès. Elle a obtenu un baccalauréat ès arts de l'Université d'État de New York à Albany, une maîtrise en gestion publique de l'Université du Maryland. Vous aurez compris que ce n'est pas une illuminée débarquée du Larzac.


Voici l'article :

    Les nouvelles du climat n'ont pas été bonnes cette année. Les phénomènes météorologiques extrêmes ont servi de toile de fond à la publication en août du sixième rapport d'évaluation du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, qui a averti que « [l]e réchauffement planétaire de 1,5 °C et 2 °C sera dépassé au cours du 21e siècle à moins que des réductions importantes de CO2 et d'autres émissions de gaz à effet de serre se produisent dans les décennies à venir. Maintenir l'augmentation de la température à 1,5 degré Celsius nécessitera d'atteindre zéro émission nette d'ici 2032. En bref, il faut faire plus, et se produire rapidement, pour éviter les pires catastrophes climatiques.

    Malgré ses vertus bas carbone, l'énergie nucléaire est tout sauf rapide. Dans la course au zéro émission nette, le nucléaire reste sur la ligne de départ. Continuer à soutenir l'énergie nucléaire au détriment d'alternatives plus rapides et moins chères pour réduire les émissions de gaz à effet de serre est une stratégie perdante.


Où en est l'énergie nucléaire actuellement

    L'énergie nucléaire a historiquement fourni une quantité importante d'électricité à faible émission de carbone, culminant en 1996 à 17,6 % de la production mondiale d'électricité. Aujourd'hui, 444 réacteurs produisent 10 % de l'électricité sur un marché en croissance. Seuls 32 pays déploient l'énergie nucléaire, contrairement à la diffusion généralisée d'autres sources de production d'électricité (charbon dans 80 pays ; gaz naturel dans 100 ; pétrole dans 200 ; hydraulique dans 150 ; éolien dans 83 ; solaire photovoltaïque dans 79). La concentration des centrales nucléaires existantes dans un petit nombre de pays pour la plupart développés n'est pas une coïncidence ; elle est corrélée aux enjeux de capacité importants de l'énergie nucléaire, notamment en termes de financement. Là où l'énergie nucléaire est envisagée pour répondre à une demande d'électricité plus élevée, comme l'Inde, l'Asie du Sud-Est,

    Comme le rappelle l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) aux pays qui envisagent pour la première fois l'énergie nucléaire, l'énergie nucléaire nécessite un engagement sur 100 ans, du processus de conception du réacteur au démantèlement. La phase de conception et de construction du premier réacteur dure au moins 15 ans, selon l'AIEA. Contrairement aux énergies renouvelables modernes, les programmes nucléaires nationaux ont besoin de trois fois plus de temps pour les préparatifs institutionnels (Lovins 2019).

    Il y a deux décennies, il semblait que l'énergie nucléaire pourrait connaître un regain de croissance (Squassoni, 2009). Des dizaines de pays en développement ont manifesté leur intérêt, mais seule une poignée a donné suite. La Chine est le point chaud de la construction nucléaire, ayant ajouté 48 réacteurs nucléaires au cours des 20 dernières années ; L'Inde a ajouté huit réacteurs nucléaires au cours de la même période.

 Le tableau mondial de l'énergie nucléaire est globalement moins rose qu'en Asie. Relativement peu de mises en chantier, une consolidation des fournisseurs de centrales nucléaires, des décisions de pays clés (Allemagne, Belgique, Suisse, États-Unis, etc.) de retirer des centrales avant la fin de leur durée de vie et un parc de réacteurs vieillissant approchant 30,9 ans) ne suggèrent pas un secteur dynamique prêt à se développer (WNSIR 2021). L'Agence internationale de l'énergie a déploré la « stagnation du nucléaire » (AIE 2020). En 2020, quatre nouveaux réacteurs ont commencé la construction et cinq ont été connectés au réseau, mais six ont été définitivement fermés. Tout projet de montée en puissance de l'énergie nucléaire devra tenir compte de ces actifs vieillissants. Des prolongations de vie à 40, 60 ou même 80 ans sont possibles, mais tous les réacteurs actuellement en exploitation devront être remplacés avant la fin du siècle. Bien sûr, les actifs éoliens et solaires doivent être remplacés entre 20 et 25 ans, mais à un coût considérablement inférieur et sans démantèlement coûteux.

 Les retards sont devenus monnaie courante pour la construction de centrales nucléaires. Alors que plus de 50 réacteurs sont actuellement en construction, l'achèvement de 33 d'entre eux a été retardé, certains pendant de nombreuses années. Sur les 15 tranches raccordées au réseau en 2018 et 2019, une seule (Tianwan-4) a été achevée sans délai (Schneider et Frogatt 2020) En réfléchissant à l'utilité de l'énergie nucléaire dans le contexte du changement climatique, l'histoire des projets abandonnés doivent également être pris en compte. Selon un récit, « Sur les 783 constructions de réacteurs lancées depuis 1951, au moins 93 unités dans 19 pays avaient été abandonnées ou sont suspendues, au 1er juillet 2021. Cela signifie que 12% ou une construction nucléaire sur huit ont été abandonnées. (Schneider et Froggatt 2021). Éviter de telles pertes serait essentiel pour développer l'énergie nucléaire à l'avenir.

Figure 1. Retards de démarrage des unités 2018-2020. Le temps de construction prévu est basé sur les données de connexion au réseau fournies au début de la construction lorsqu'elles sont disponibles ; alternativement, les meilleures estimations sont utilisées, sur la base d'informations sur l'exploitation commerciale, l'achèvement ou la mise en service. Graphique et données avec l'aimable autorisation du World Nuclear Industry Status Report 2021.

Nota Transitio : Vous aurez remarqué que l'EPR de Flamanville, commencé en 2007, ne figure pas dans ce graphique puisqu'il a aujourd'hui 10 ans de retard et ne devrez démarrer qu'en 2026, mais pas à pleine puissance en raison de ses multiples malfaçons.

 

L'énergie nucléaire dans le futur

    Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles l'énergie nucléaire n'a pas répondu aux attentes, dont certaines peuvent se résumer à ses quatre défis bien connus : le coût, la sûreté, l'élimination des déchets et la prolifération. Rendre l'énergie nucléaire plus attractive nécessite des améliorations dans tous ces domaines. Bon nombre des innovations que les fournisseurs de produits nucléaires envisagent maintenant se concentrent sur l'amélioration des coûts, de la sécurité et de l'élimination des déchets, mais la promotion du retraitement du combustible usé pour certaines conceptions pourrait en fait exacerber les problèmes de prolifération.

EN RELATION:

La peur nucléaire : l'obstacle irrationnel à une véritable action climatique

 

    La quasi-totalité des innovations proposées par l'industrie nucléaire sont désormais regroupées sous la rubrique « Réacteurs avancés ». Il existe deux axes fondamentaux : le premier développerait des réacteurs à neutrons rapides (utilisant du sel fondu, du métal liquide ou des gaz à haute température comme réfrigérants) pour traiter les problèmes de déchets et de sécurité ; la seconde cherche à construire de plus petites variantes de réacteurs à eau légère (microréacteurs d'un à 20 mégawatts électriques et petits réacteurs modulaires jusqu'à 300 mégawatts électriques) pour répondre aux questions de coût et de sécurité. Il existe un certain croisement dans les soi-disant petits réacteurs modulaires qui utilisent différents combustibles, modérateurs et réfrigérants (Makhijani et Ramana, 2021)

    Des réacteurs rapides ont été déployés par quelques pays (dont les États-Unis), mais aucun n'a jamais réussi commercialement. On espère que de nouvelles conceptions pourront être utilisées pour générer de la chaleur industrielle, de l'hydrogène, du chauffage urbain ou le dessalement de l'eau. Une nouvelle conception (Natrium) comprend un stockage d'énergie intégré, utilisant du sel fondu. Aucun de ces ajouts ne réduit le manque de compétitivité des coûts de l'énergie nucléaire, mais ils font preuve d'une plus grande flexibilité que l'énergie nucléaire n'a montrée dans le passé (Lovins 2019).

    L'enthousiasme actuel de l'industrie pour les petits réacteurs modulaires repose sur deux espoirs : que le grand marché des pays en développement s'intéressera davantage aux petits réacteurs parce qu'ils peuvent être mieux intégrés dans des réseaux de transport et de distribution plus petits, et que des économies d'échelle peuvent être réalisées non en construisant de gros réacteurs sur place mais en produisant de grandes quantités de réacteurs dans des environnements contrôlables hors site (c'est-à-dire dans des usines). Le succès des réacteurs navals est souvent cité comme preuve que la fabrication modulaire est possible ; malheureusement, il offre peu d'indications sur la compétitivité des coûts. Plus de 700 réacteurs navals (autant que des réacteurs terrestres civils) ont été construits et déployés depuis les années 1950, mais aucune utilisation commerciale n'a survécu aux forces du marché. Bref, ils étaient trop chers à exploiter (Conca 2019).

    Le manque de compétitivité-coûts est, en termes modérés, un énorme problème. Les partisans des petits réacteurs modulaires soutiennent que la fabrication en série réduira les coûts et le temps de construction et compensera les surcoûts d'échelle subies par les réacteurs plus petits. Pourtant, ces défis de fabrication (sans parler de la logistique de transport) pourraient être formidables : une étude a suggéré que des centaines à des milliers de ces réacteurs devraient être fabriqués avant d'atteindre le même prix par kilowatt que les grands réacteurs (Glaser et al. 2015).

    La compétitivité-coût affecte évidemment l'investissement. L'Agence internationale de l'énergie (AIE 2019) a noté que les investissements dans de nouvelles centrales nucléaires se heurtaient à des obstacles, notamment le manque de compétitivité des coûts par rapport aux autres technologies de production d'électricité, « l'ampleur des investissements et les longs délais ; le risque de problèmes de construction, de retards et de dépassements de coûts ; et la possibilité de futurs changements de politique ou du système électrique lui-même.

    Une forme d'allégement financier pourrait être trouvée dans les efforts visant à faire admettre l'énergie nucléaire dans le «club des énergies renouvelables», permettant à l'énergie nucléaire de participer aux programmes de financement de l'ONU et de l'UE pour promouvoir les énergies renouvelables. L'UE débat actuellement pour savoir si elle devrait permettre à l'énergie nucléaire le même accès que les énergies renouvelables au financement selon les critères taxonomiques du développement durable (Schneider et Froggatt 2021). Cependant, détourner des fonds des énergies renouvelables pourrait entraîner des coûts climatiques si cela signifie une mise en œuvre plus lente des économies de carbone.

    Même si le financement et la compétitivité des coûts n'étaient pas des obstacles, une expansion de la construction nucléaire mettrait à l'épreuve la base industrielle nucléaire actuelle. Comme l'a noté le GIEC, « même si l'évolutivité et la vitesse de mise à l'échelle des centrales nucléaires ont été historiquement élevées dans de nombreux pays, de tels taux ne sont actuellement plus atteints » (GIEC 2018). Au cours de la dernière décennie, cinq réacteurs en moyenne ont été connectés au réseau chaque année. Le simple remplacement des réacteurs ayant une durée de vie de 60 ans nécessiterait 8 achèvements de construction par an à partir de 2040, passant à 19 par an à partir de 2050 (pour un total de 270 réacteurs). L'expansion réelle de l'énergie nucléaire signifie plus que doubler ce que l'industrie fait aujourd'hui.

    Qu'en est-il de la suggestion que nous maintenions simplement les centrales nucléaires existantes en fonctionnement aussi longtemps que possible pour profiter de leur électricité à faible émission de carbone ? Comme l'a fait valoir un expert, l'exploitation de réacteurs existants sur des marchés où les coûts d'exploitation nucléaire dépassent les coûts des énergies renouvelables pourrait « aggraver le changement climatique, par rapport à dépenser le même argent pour des moyens plus efficaces sur le plan climatique de fournir les mêmes services énergétiques » (Lovins 2019) .

Une relation mouvante

    Au cours des 20 dernières années, la lenteur dans l'ajout de nouvelles capacités nucléaires a fortement contrasté avec la croissance record des énergies renouvelables. Depuis 2000, 42 gigawatts électriques de capacité nucléaire ont été ajoutés, tandis que 605 gigawatts électriques d'énergie éolienne et 578 gigawatts électriques de capacité solaire ont été installés dans le monde (Schneider et Froggatt 2020)Les coûts de l'énergie solaire photovoltaïque ont chuté de 80 à 90 % au cours de cette période. L'électricité éolienne et solaire photovoltaïque ont dépassé la production mondiale d'électricité nucléaire au cours des six premiers mois de 2021, la première fois qu'un tel événement se produit (Ember 2021). Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat a conclu en 2018 que « la faisabilité politique, économique, sociale et technique des technologies d'énergie solaire, éolienne et de stockage d'électricité s'est considérablement améliorée au cours des dernières années,

EN RELATION:

Les méduses attaquent les centrales nucléaires. Encore et encore.

 

    Les voies d'atténuation du changement climatique ont commencé à refléter ces développements. Des études antérieures telles que « L'avenir de l'énergie nucléaire » (MIT 2003) envisageaient un quadruplement de l'énergie nucléaire, et l'analyse en coin de 2004 des professeurs de Princeton Stephen Pacala et Robert Socolow aurait nécessité de tripler le nombre de réacteurs nucléaires (Squassoni 2017). Cependant, étant donné que la capacité de l'énergie nucléaire n'a pas augmenté au cours des 20 dernières années, des taux de croissance beaucoup plus élevés seraient nécessaires pour atteindre les objectifs cibles. Une modélisation plus récente n'envisage que des augmentations modestes pour l'énergie nucléaire, certains suggérant aucun rôle pour la fission nucléaire d'ici 2100 (AIE 2021).


Le cas de l'Inde

    Proposer des objectifs irréalistes pour l'énergie nucléaire ne se limite pas à la modélisation du climat. À la mi-septembre, les autorités indiennes ont annoncé qu'elles tripleraient la capacité nucléaire du pays au cours des 10 prochaines années dans le cadre d'une stratégie d'atténuation du changement climatique. Ce n'est pas la première fois que l'Inde a déclaré qu'elle triplerait son énergie nucléaire : dès les années 1980, l'Inde a cherché à produire 10 % de son électricité avec l'énergie nucléaire (Weismann 1988). Quarante ans plus tard, les 21 réacteurs indiens produisent 6,5 gigawatts, soit 3 % de l'électricité. Sept réacteurs en construction devraient ajouter 5,2 gigawatts électriques, mais au moins quatre des projets et peut-être six sont retardés (Schneider et Froggatt 2021) ; l'un est en construction depuis 17 ans. Malgré l'ouverture du commerce international du nucléaire à l'Inde en 2008, les progrès ont été lents et les objectifs sont continuellement révisés à la baisse malgré l'optimisme. Par exemple, l'Inde a cherché à déployer 63 gigawatts électriques d'ici 2032 (maintenant 27,5) et 20 gigawatts électriques d'ici 2020 (maintenant 14,6, ce qui n'a pas été atteint).

    L'histoire des énergies renouvelables en Inde est beaucoup plus prometteuse. En 2020, les énergies renouvelables (non hydrauliques) ont généré 147,3 térawattheures d'électricité, contre 43,9 térawattheures générés par l'énergie nucléaire. L'énergie solaire a décuplé de 2014 à 50 gigawatts électriques en 2020 et l'éolien a doublé au cours de cette période pour produire près de 65 gigawatts électriques. L'énergie hydroélectrique constitue environ la moitié de l'électricité renouvelable en Inde. En tant que troisième plus grand consommateur d'électricité au monde, l'Inde est également le troisième plus grand producteur d'énergie renouvelable. Les objectifs de l'Inde en matière de production d'énergie renouvelable sont beaucoup plus susceptibles d'être atteints que ses objectifs en matière d'énergie nucléaire. L'exemple de l'Inde suggère que même avec un soutien gouvernemental fort, l'énergie nucléaire, malgré ses vertus bas carbone, est tout sauf rapide à mettre en place.


L'attrait particulier de l'énergie nucléaire

    De tous les moyens humains de produire de l'électricité, l'énergie nucléaire a une mystique durable qui transcende la logique locale. Aucune technologie énergétique n'a démontré aussi bien ses talents de tour de passe-passe, projetant constamment de grandes possibilités futures malgré des passifs actuels évidents. Pendant 70 ans, même les plus ardents partisans de l'énergie nucléaire ont facilement admis ses quatre responsabilités – coût, sécurité, élimination des déchets et prolifération – sans trouver de solutions viables à ces problèmes persistants.

    Pour atténuer le changement climatique, ces passifs sont réels. Des coûts élevés signifient moins de carbone économisé par dollar, ce qui peut avoir des effets répercutés à l'avenir. Les exigences de sécurité peuvent retarder la conception et la construction, et les manquements à la sécurité peuvent mettre les usines hors ligne, ce qui ralentit encore la réduction des émissions de carbone. La solution apportée par l'industrie nucléaire au problème de la sûreté ( rationaliser la réglementation pour réduire les coûts) ne produit pas un bien sociétal à long terme ; c'est une convention comptable de résultat. La question des déchets est au cœur de la durabilité : il est difficile de concilier les déchets nucléaires, qu'aucun pays n'a encore stockés de manière permanente, avec la définition la plus largement acceptée du développement durable, qui est de « répondre aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins » (ONU 1987). Finalement, certaines propositions demandent que l'énergie nucléaire soit multipliée par quatre ou cinq pour apporter une contribution significative au changement climatique (Hansen 2015 ; Berger et al 2017) et recommandent le recyclage du combustible pour passer à un cycle du combustible à base de plutonium. Des procédés de recyclage ont été mis au point pour séparer le plutonium des armes nucléaires, et leur propagation accrue dans le monde augmenterait considérablement les risques que le plutonium puisse être détourné pour être utilisé dans des armes nucléaires. Même sans une multiplication par quatre de l'énergie nucléaire, le déploiement d'un nombre important de réacteurs avancés dont le combustible nécessite un retraitement pourrait avoir de graves conséquences sur la prolifération. Des procédés de recyclage ont été mis au point pour séparer le plutonium des armes nucléaires, et leur propagation accrue dans le monde augmenterait considérablement les risques que le plutonium puisse être détourné pour être utilisé dans des armes nucléaires. Même sans une multiplication par quatre de l'énergie nucléaire, le déploiement d'un nombre important de réacteurs avancés dont le combustible nécessite un retraitement pourrait avoir de graves conséquences sur la prolifération. Des procédés de recyclage ont été mis au point pour séparer le plutonium des armes nucléaires, et leur propagation accrue dans le monde augmenterait considérablement les risques que le plutonium puisse être détourné pour être utilisé dans des armes nucléaires. Même sans une multiplication par quatre de l'énergie nucléaire, le déploiement d'un nombre important de réacteurs avancés dont le combustible nécessite un retraitement pourrait avoir de graves conséquences sur la prolifération.


Conclusion : seules les mains les plus agiles sont nécessaires sur le pont

    Il y a quelques années, la perspective de naviguer parmi les dangers du changement climatique a conduit certains observateurs à suggérer que nous avions besoin de « tout le monde sur le pont » pour faire face au problème (Hansen et al, 2015). L'urgence du changement climatique, cependant, n'exige pas que nous préservions ou suivions toutes les options pour y faire face ; plutôt, cette urgence exige que nous distinguions soigneusement les technologies et les approches. En fait, toutes les mains ne sont pas nécessaires sur le pont, seules les plus agiles et les plus efficaces d'entre elles. Au mieux, l'énergie nucléaire pourrait fournir un certain ballast d'équilibrage de charge pour les énergies renouvelables ; au pire, cela ralentira la transition vers un avenir à zéro émission nette et devrait donc être supprimé de notre ensemble d'options.


Remerciements

Un merci spécial à Sydney Hamilton de l'Université George Washington, pour son aide à la recherche de l'article, qui a reçu le soutien de la Fondation MacArthur.


Les références

Berger, A., T. Blees, F. Breon, B. Brook, P. Hanssen, R. Grover, C. Guet, W. Liu, F. Livet, H. Nifenecker, M. Petit, G. Pierre, H Prévot et S. Richel, H. Safa, M. Salvatores, M. Schneeber, S. Zhou. « Combien l'énergie nucléaire peut-elle faire contre le réchauffement climatique ? » International Journal of Global Energy Issues, Vol 40, Nos 1/2, 2017

Conca, J. "Comment l'US Navy reste le maître des réacteurs nucléaires modulaires." Forbes . 23 décembre 2019. https://www.forbes.com/sites/jamesconca/2019/12/23/americas-nuclear-navy-still-the-masters-of-nuclear-power/?sh=3570cd0c6bcd

Ember, Global Electricity Review, mise à jour semestrielle : S1-2021.  https://ember-climate.org/project/global-electricity-review-h1-2021/

Glaser, Alexander, MV Ramana, Ali Ahmad et Robert Socolow. 2015. « Petits réacteurs modulaires : une fenêtre sur l'énergie nucléaire ». Un distillat de technologie énergétique. Princeton, NJ : Centre Andlinger pour l'énergie et l'environnement à l'Université de Princeton. http://acee.princeton.edu/distillates/small-modular-reactors/

Hansen J., K. Emanuel, C. Caldeira et T. Wigley. 2015. « L'énergie nucléaire ouvre la voie à la seule voie viable en matière de changement climatique ». The Guardian, 3 décembre. https://www.theguardian.com/environment/2015/dec/03/nuclear-power-paves-the-only-viable-path-forward-on-climate-change

Agence internationale de l'énergie (AIE). Perspectives des technologies énergétiques 2020.    https://www.iea.org/reports/energy-technology-perspectives-2020

AIE. Net Zero d'ici 2050 : Une feuille de route pour le secteur énergétique mondial.  https://www.iea.org/reports/net-zero-by-2050

AIE. Perspectives énergétiques mondiales 2020

GIEC, 2018 : Réchauffement climatique de 1,5°C. Un rapport spécial du GIEC sur les impacts du réchauffement climatique de 1,5°C au-dessus des niveaux préindustriels et les voies d'émission mondiales de gaz à effet de serre associées, dans le contexte du renforcement de la réponse mondiale à la menace du changement climatique, du développement durable et des efforts pour éradiquer la pauvreté [Masson-Delmotte, V., P. Zhai, H.-O. Pörtner, D. Roberts, J. Skea, PR Shukla, A. Pirani, W. Moufouma-Okia, C. Péan, R. Pidcock, S. Connors, JBR Matthews, Y. Chen, X. Zhou, MI Gomis, E Lonnoy, T. Maycock, M. Tignor et T. Waterfield (éd.)]. Dans la presse

EN RELATION:

Les méduses attaquent les centrales nucléaires. Encore et encore.

Lovins, Amory B.. "L'énergie nucléaire ralentit-elle ou accélère-t-elle le changement climatique", Forbes . 18 novembre 2019. https://www.forbes.com/sites/amorylovins/2019/11/18/does-nuclear-power-slow-or-speed-climate-change/?sh=2f52f00506b4

Makhijani, Arjun, MV Ramana. « Les petits réacteurs modulaires peuvent-ils atténuer le changement climatique ? » Le Bulletin des scientifiques atomiques. 21 juillet 2021. https://thebulletin.org/premium/2021-07/can-small-modular-reactors-help-mitigate-climate-change/

Massachusetts Institute of Technology. L'avenir de l'énergie nucléaire , 2003. Disponible sur : https://web.mit.edu/nuclearpower/

Schneider, Mycle, Antony Froggatt. Rapport sur la situation de l'industrie nucléaire mondiale 2020 https://www.worldnuclearreport.org

Schneider, Mycle, Antony Froggatt. Rapport sur la situation de l'industrie nucléaire mondiale 2021 https://www.worldnuclearreport.org

Squassoni, Sharon A. « Énergie nucléaire : renaissance ou réanimation ». Dotation Carnegie pour la paix internationale, 2009. https://carnegieendowment.org/2009/02/13/nuclear-energy-rebirth-or-resuscitation-pub-22749

Squassoni, Sharon A. « L'incroyable réduction de la compensation nucléaire face au changement climatique ». Le Bulletin des scientifiques atomiques. 73:1, 17-26.

Nations Unies 1987. Rapport de la Commission mondiale sur l'environnement et le développement : notre avenir à tous

Weisman, Steven R. "La politique de l'énergie nucléaire de l'Inde soulève des doutes sur les armes." New York Times . 7 mai 1988. https://timesmachine.nytimes.com/timesmachine/1988/05/07/issue.html



Voilà, j'espère que cela vous a intéressé. Que "The Bulletin of The Atomist Scientists me pardonne".



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire