mardi 20 avril 2021

Le nucléaire n'a pas d'avenir. Preuve par 2 chiffres.

 

    J’ai l’habitude d’écrire des articles très longs, mais celui-ci va être extrêmement court. En toute modestie, je vais régler le problème du nucléaire en quelques lignes et 2 chiffres.


Premier chiffre : 4.9%

Le rapport de 2019 sur les chiffres clés de l'énergie, publié par le Ministère de la transition écologique, indique (page 37, voir lien ci-dessous), que "la contribution du nucléaire à la production énergétique mondiale a été multipliée par 3 en 40 ans, atteignant 4.9% en 2016". (1)

Source : https://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/sites/default/files/2019-09/datalab-59-chiffres-cles-energie-edition-2019-septembre2019.pdf

Deuxième chiffre : 100

La note d'information d'EDF sur le cycle du combustible nucléaire, publiée en 2012 (page 12, voir lien ci-dessous) précisait que : "Les ressources en uranium connues à ce jour, permettent de garantir l’approvisionnement de toutes les centrales nucléaires existantes dans le monde pour les 100 prochaines années". (2)

Source : https://1drv.ms/b/s!Arp9DY0ZL8Xei6ZYVPoybbPqfySA1Q?e=oOqzZ7

Résumé

    Vous avez bien compris. Pour le nombre de centrales existantes (2) qui ne fournissent que 4.9% de la production mondiale d’énergie, les ressources disponibles en uranium sont de 100 ans.

    Si, (soyons fous), vous triplez la part du nucléaire jusqu'à atteindre 15% de la production mondiale d'énergie, (sachant que durant les dix années de construction des centrales la consommation d'énergie aura augmenté), les ressources en uranium ne permettront même pas 30 années d'utilisation, alors que la durée de vie des nouveaux EPR est prévue pour 60 ans.

Le nucléaire ne représente RIEN et n'a AUCUN AVENIR dans le domaine de la production d'énergie.. (3)

Document du ministère






Notes utiles :

(1) Attention ! Ne vous faites pas avoir par EDF ! EDF clame en effet, haut et fort, que la part mondiale du nucléaire est de 10%, mais il s'agit de la part de la production d'électricité ! Ainsi, ils "oublient" les autres utilisations de l'énergie, dans les transports, l'industrie, le chauffage, etc.

    Notez d’ailleurs que selon l’Agence Internationale de l’Energie, il est probable que la part du nucléaire dans le mix électrique mondiale restera constante, environ autour de 12 %, d’ici à vingt ans.(Info CNRS)

(2) Depuis 2012, le nombre de centrales existantes n'a guère évolué, sachant qu'il faut au moins 10 ans pour en construire une nouvelle et que les nouvelles ne font que remplacer les anciennes en fin de vie. Et quand je dis 10 ans, c'est pour être "gentil", car 10 ans, c'est déjà le nombre d'années de retard à la livraison de l'EPR de Flamanville dont le démarrage n'est pas prévu avant 2024 et surtout en mode réduit, à cause de ses nombreux défauts de conception.

(3) Pas d'avenir dans l'énergie pour produire de l'électricité, mais bien qu'écolo, je suis ingénieur et je ne nie pas son intérêt dans le cadre de la recherche fondamentale ou pour des applications plus pacifiques, comme la médecine nucléaire, ou (je vais en faire tousser certains)l'exploration spatiale (document plus technique, ici).



Post Scriptum :

    J'espère que ces deux chiffres, de sources incontestables, vous aideront à répondre aux victimes de la propagandes du nucléaire, qui ont grandi dans l'idée que cette énergie étaient miraculeuse et source de notre indépendance énergétique (acquise au prix de la présence de notre armée coloniale au Niger et au Mali).

    Ne vous laissez pas abuser par les sophismes techniques du sinistre Jancovici, qui n'a pas dû mettre les pieds sur un site industriel depuis des décennies et qui vendrait sa mère pour une barre d'uranium.

    Il aime dire par exemple que le charbon a tué plus de gens que le nucléaire et que par conséquent, le nucléaire est moins dangereux. C'est comme dire que les lits sont plus dangereux que les motos parce que plus de gens meurent dans un lit qu'en moto, ou que la grippe saisonnière est plus dangereuse que l'anthrax parce qu'elle tue plus chaque année. C'est un sophisme. 


Comprenez bien qu'un seul et unique accident dans une centrale nucléaire suffit à rendre inhabitable un continent, ou tuer un océan. Voici encore deux preuves.


Tchernobyl :

    En 1986, à Tchernobyl, dans les jours qui suivirent la catastrophe, si Alexei Ananenko, l’un des ingénieurs travaillant à la centrale, son confrère Valeri Bezpalov et le chef de quart Boris Baranov, n’avaient pas eu le courage d’aller dans l’obscurité, patauger dans l’eau radioactive accumulée sous le réacteur en fusion, pour aller ouvrir des vannes d’évacuation et de drainer l’eau, l’explosion qui s’en serait suivie aurait rendu l’Europe inhabitable pour 500.000 ans !

Ces trois hommes ont sauvé l'Europe d'un cataclysme.

    On vous dira que les Russes étaient des incapables (parce que communistes) et abrutis de vodka, mais fort curieusement, la stupeur passée, nos grands spécialistes français du nucléaire, prirent la décision de hâter la fermeture des Centrales Graphites - Gaz (Chinon 2 et 3, St Laurent 1 et 2 et Bugey 1) qui n’avaient guère plus d’enceinte de confinement que les réacteurs RBMK soviétiques (telle que la centrale de Tchernobyl). 


Fukushima :

    Dix ans après la catastrophe de 2011, le Japon va rejeter les 1,2 million de tonnes d’eau radioactive stockés dans les 1044 réservoirs de la centrale nucléaire de Fukushima. L’eau est dangereusement polluée au tritium (non retraitable), qui peut se transmettre aux organismes marins vivants et chargée de soixante-deux  nucléides, dont du strontium-90 et du césium-137. 

Le panache radioactif en 2017
(Quand les eaux étaient retenues)



Je vous laisse réfléchir paisiblement à tout cela. Merci de m'avoir lu.




mardi 13 avril 2021

Vous aimez les sushis ?

 On me dit que mes articles sont trop longs et le prochain le sera, effectivement. Alors voici pour changer, une simple illustration bricolée par mes soins.

Source : https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/nucleaire-le-japon-va-rejeter-1-million-de-tonnes-d-eau-contaminee-de-fukushima-colere-de-pekin-882248.html

Désolé...