samedi 2 mars 2013

Incroyables comestibles, rêvons un peu...


(Rêvons un peu)



Je ne suis jamais allé au salon de l’agriculture, et je n’irai jamais. Je n’aime pas beaucoup cette image mensongère que l’agriculture française donne d’elle-même, lors de la grande messe annuelle du salon de la porte de Versailles, au cours de laquelle les fidèles viennent contempler benoîtement le cul des vaches.


Les scandales sanitaires se succèdent, et les tartuffes de l’agro-alimentaire chaque fois se refont une santé à grand coup de campagnes publicitaires, avec l’aide des lobbies et les bénédictions de députés complaisants.


L’agriculture française est celle en Europe qui bénéficie le plus des immenses largesses de la PAC, la Politique Agricole Commune (8.9 milliards en 2009). Avec cette manne, de modestes agriculteurs comme par exemple le prince de Monaco, propriétaire du domaine de Marchais, dans l’Aisne, (773 ha et 11 salariés) peuvent cultiver les produits de la terre nourricière sans craindre les funestes aléas de la météo.


Il faut être céréalier ou betteravier en France, pour bien vivre. Vous spéculez sans scrupules sur les cours mondiaux (c’est tellement à la mode), vous touchez les aides de l’Europe (qui vient de supprimer celles aux plus démunis), vous employez peu de main d’œuvre (même pas besoin de chinois) et le système d’exemption fiscale vous permet même de faire passer votre luxueuse piscine pour une réserve d’eau en cas de sécheresse (parait-il !).
Tous les agriculteurs n'ont pas cette chance, vous vous en doutez. Beaucoup d'entre-eux sont aussi victimes de ce système économique dans lequel on nous impose de vivre. N'est-ce pas la profession qui hélas, compte le plus de suicides ?
Tous ne peuvent en effet avoir un compte secret dans l'une des 104 filiales du Crédit Agricole implantées dans des paradis fiscaux...


Mais les technocrates vous expliqueront que l’industrialisation de la terre est le seul moyen de nourrir une population s’accroissant sans cesse. Si vous ne les croyez pas, ils vous brandiront le spectre de la surpopulation et des 9 milliards d’être humains bientôt prêts de tendre leurs assiettes (aux restos du cœur ?).


Tout comme pour le système économique, on vous expliquera qu’il n’y a pas d’alternative. Les journaux vous confirmeront qu’il n’y a pas d’alternative, jusqu’à notre président du changement qui vous assurera que rien ne peut changer.



Les incroyables comestibles ?

Les "incroyables comestibles" nous arrivent de l’Angleterre, plus précisément, tout au nord du Royaume Britannique, à Todmorden. En anglais, on les appelle "incredible edible". C’est une démarche entreprise librement par des habitants souverains qui ont souhaité se relier entre eux par la pratique de la culture locale des fruits et légumes, et le partage de leur récolte. Elle vise à rendre les territoires auto-suffisants pour leur alimentation par la production locale dans le partage avec des pratiques respectueuses de l’environnement.

C'est gens pensent autrement, ils croient au changement, peut-être sont-ils le changement ?

Les incroyables comestibles français ont un site, le voici :



Et puisque je vous ai emmené au pays des rêveurs, je vous invite à regarder cette étrange vidéo qui présente à sa façon les "incroyables comestibles". Vous allez tout de suite comprendre que nous sommes très très loin du salon de l'agriculture...



Aucun commentaire:

Publier un commentaire