lundi 26 décembre 2016

Transition vers le pire ?




Mes proches, (qui ne me lisent pas), me disent que mes articles sont trop longs. 
Je ne vais donc pas vous infliger un long article de plus, pour clore cette pénible année 2016. Notez d’ailleurs que je n’ai pas écrit beaucoup cette année…
Ayant constaté que sur nombre de sites américains, les vidéos commencent à supplanter largement le texte, je vais tenter de faire de même pour traiter le sujet du jour.


Le sujet du jour

Lorsque j’ai commencé ce site sur la "Transition", je me voulais résolument optimiste. Je me refusais à céder aux discours catastrophistes concernant l’avenir, catastrophisme que j’attribuais à l’impossibilité pour beaucoup, de penser ledit avenir. Mon optimisme était un optimisme choisi, un optimisme de combat. Raison pour laquelle je m’efforçais avec la dernière énergie (celle du désespoir ?) de défendre l’idée que les solutions qui nous permettraient de parer à l’effondrement devenu presque inévitable, seraient des solutions locales qui tourneraient le dos au système. Inutile de gaspiller son énergie à combattre un système qui de toute façon commençait déjà à s’effondrer sous l’effet de ses multiples crises (crise de l’énergie, crises économiques à répétition, etc.).
Le secret d’un article qui ne se démode pas, c’est d’évoquer un sujet qui n’est pas d’une actualité immédiate. Celui-ci reprend le fil de quelques articles qui avaient précédé sur Transitio.
Nombre d’entre-vous s’agaceront des vidéos choisies. J’espère qu’ils n’en viendront pas à me classer trop vite dans la catégorie bien pratique des neuneus conspirationnistes ou autres hérétiques.

Le bombardement d’Alep sur Facebook



Comme vous tous, j’ai été bombardé ces dernières semaines d’informations horribles sur la guerre en Syrie et plus particulièrement sur les bombardements d’Alep…
Sous le coup de l’émotion intense orchestrée par les médias, certains de mes amis Facebook sont même allés généreusement protester le 14 décembre dernier dans Paris contre lesdits bombardements.
Inutilement (bien sûr), j’ai posté ce petit message sur ma page :
TRÈS CHERS AMIS GENTILS DE FACEBOOK.
Je partage de tout cœur votre compassion pour les victimes de la guerre en Syrie.
Mais de grâce, posez-vous quelques questions.
Demandez-vous pourquoi lorsque les mêmes horreurs se sont passées au Yemen (bombardé par nos alliés saoudiens avec les armes vendues par la France), la grande machine médiatique à émotions n'a pas été mise en branle pour vous faire pleurer.
Renseignez-vous un peu sur les médias étrangers, pour savoir ce qui s'est passé depuis 2008 en Syrie.
Savez-vous que parmi les rebelles qui se dissimulent lâchement au milieu des populations bombardées, se trouve le front al Nosra, qui a été affilié à al Qaïda de 2013 à 2016 ?
Oui la guerre, c'est mal, ça pue, c'est moche. Toutes les guerres le sont. Toutes, y compris celles dont on ne vous parle pas.
Les bombardements c'est pire que tout, demandez aux descendants des milliers de victimes civiles des bombardements de 1944 en Normandie (des villes comme le Havre (rasée à 80%) et Caen ).
Mais de grâce, arrêtez de culpabiliser sur commande des médias pour des massacres contre lesquels vous ne pouvez absolument rien faire, sinon peut-être, arrêter de voter pour ceux qui les ont orchestrés ou accepter de payer le pétrole à son vrai prix...

Vidéos de l'émouvante manifestation de soutien aux habitants martyrisés d'Alep :





Nous roulerait-on dans la farine ?

Regardez cette vidéo et écoutez ce que Éric Denécé, docteur en science politique, chercheur spécialiste du renseignement, du terrorisme, des opérations spéciale disait sur le plateau de LCI, le 21 décembre 2016.


En voici le texte, pour le cas où la vidéo disparaitrait.

Denécé : un autre point me paraît tout à fait important de signaler, c’est ce qu’il se passe à Alep en ce moment parce que là, on est à mon sens sur une falsification de l’information qui est énorme.

Bien sûr qu’il y a une guerre civile en Syrie, bien sûr que la situation d’Alep est inadmissible, ceci dit, ça ne concerne que 30 % d’Alep, ça concerne soit des civils qui sont pris en otage par les djihadistes, soit des gens qui refusent de quitter les quartiers parce qu’ils soutiennent ces mêmes djihadistes. On ne vous parle pas de tout ce qu’il se passe ailleurs en Syrie

Calvi : on se fait rouler dans la farine avec Alep ?

M Denécé : on se fait rouler dans la farine avec Alep ! Ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas des victimes innocentes qui périssent, mais j’insiste sur ce point…

Calvi : y a bien une ville qui est détruite enfin bon…

Denécé : il y a un tiers des quartiers d’Alep, seulement un tiers, qui sont victimes des bombardements, et j’insiste, c’est un tiers de la ville dans lequel les djihadistes dangereux sont présents et ce sont ces djihadistes qui depuis des années tirent sur les quartiers chrétiens, tirent sur le reste de la ville, ce dont on ne parle jamais. On ne parle pas non plus du massacre humanitaire que conduisent les Saoudiens aujourd’hui au Yémen, où systématiquement des hôpitaux sont ciblés, où des sites archéologiques sont détruits ; un de nos contacts qui rentrait du terrain l’autre jour nous disait la chose suivante : « en Syrie, il y a des tas d’endroits où les choses se passent, bien », c’est vrai qu’on peut aller dîner dans la rue le soir dans les quartiers de Damas, les gens de Damas vont passer l’été dans des bungalows à Lattaquié au bord de la mer..

Calvi : ça rappelle que c’est une situation qu’on a connu notamment au Liban.

M.Denécé : voilà, donc le pays n’est pas à feu et à sang. Au Yémen c’est totalement différent, il n’y a quasiment pas un kilomètre carré qui ne soit pas bombardé par les Saoudiens, dans lequel les combats n’ont pas lieu. On ne parle pas de ça.

Il y a un autre point que je voudrais évoquer c’est que nous avons eu dans les années 90 dans une ancienne colonie française, le Congo, une guerre civile qui a fait 400 000 morts sur 4 millions d’habitants, 10 % de la population, on n’en parle pas non plus.

Donc, aujourd’hui, le focus qui est mis sur la Syrie d’une part et sur Alep avec les désinformations qui les accompagnent est une falsification complète de la réalité, ce qui ne veut pas dire qu’on défende Bachar Al Assad, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas des victimes civiles qui disparaissent, mais, il y a quelque chose d’extrêmement dangereux. Pour un jeune islamiste aujourd’hui, la façon dont les médias occidentaux présentent la crise syrienne est une motivation pour passer à l’action.

Calvi : comment l’expliquez-vous justement cette situation et ce manque de lucidité ? En l’occurrence, ce que vous êtes en train de nous expliquer l’a été à ma surprise aussi en partie, très largement par les invités de l’émission que nous avons consacré la semaine dernière à Alep.

Je vous le dis franchement, je m’inquiétais tout simplement d’être en train de faire une émission révisionniste sur ce qui est en train de se passer au même moment et qui tire des larmes au monde entier, donc…

M.Denécé : là par exemple, c’est très frappant, on voit la communauté syrienne en France et dans d’autres pays européens qui est absolument scandalisée de voir la façon dont les médias présentent la situation.

Alors, je pense que nos médias en France, et je suis obligé de rester un peu général, sont un peu suivistes du mainstream médiatique qui est impulsé et imposé par les médias anglo-saxons et par les médias arabes qui eux ont intérêt à présenter la situation en Syrie comme quelque chose d’absolument scandaleux, et comme toujours, 300 000 morts dans cette guerre, 5 ans de guerre civile, c’est quelque chose d’horrible, y a à peu près 90 000 militaires qui ont été tués, il y a à peu près 60, 70 000 personnes soutenant le régime ou en tous cas neutres qui ont été massacrées, on nous présente les faits comme si Bachar avait tué 90 % de la population, ce qui est inexact, ce qui ne veut pas dire que ce soit un saint.

Calvi : C’est extrêmement grave ce que vous nous dîtes, parce que ça veut dire que nous participons d’une façon ou d’une autre à la naissance des djihadistes et des assassins de demain ?

M.Denécé : De deux façons, en étant toujours en relation avec des États qui encouragent directement ou indirectement le djihadisme, par le wahhabisme notamment, l’Arabie Saoudite et le Qatar, et de l’autre côté sur ce qu’il se passe aujourd’hui à Alep, le fait de mettre le focus en montrant à tort, que les pauvres populations islamistes de ces quelques quartiers d’Alep sont des victimes de l’occident, et bien, on redonne du carburant à ceux qui dans nos banlieues où à l’étranger considèrent que le peuple arabe dans le monde est victime de l’ostracisme occidental et ça les pousse à passer à l’acte.

Calvi : et on a aussi des attentats sur le sol français…

 

Nous aveuglerait-on ?

Pourquoi ne pas visionner cette vidéo de l’émission de France 2 qui rappelle l’origine "énergétique" du conflit en Syrie ? (Comme l’avait fait Transitio en août 2013).
A noter que le CSA a été saisi par La Ligue des droits de l’Homme suite à la diffusion du reportage Syrie : le grand aveuglement, diffusé sur France 2 le 18 février 2016. Après avoir rappelé le principe de liberté éditoriale permettant aux éditeurs de télévision et de radio de traiter les sujets qu’ils souhaitent, sous réserve de respecter leurs obligations, le Conseil a estimé que le reportage, pris dans son ensemble, ne faisait pas apparaître de manquement de la chaîne à ses obligations en matière de droits et libertés.



 

"P" comme "Précaution" ou comme "Propagande" ?

Avouez que j’ai choisi mes vidéos avec précaution, puisqu’elles viennent toutes deux de chaînes "honorables", et non-pas de sites d'illuminés vendus à la solde du grand satan russe.
Quant à moi, je ne peux pas m'empêcher de penser à quelques unes de mes mauvaises lectures, comme le fameux livre "Propaganda", par exemple, ou au sinistre 1984...



Et les élections françaises de 2017 ?

Pourquoi cette question ? N’est-elle pas hors sujet ? N’y a-t-il pas, là aussi, de quoi désespérer ?

N’êtes-vous pas convaincus que la France, 9ème puissance économique mondiale selon le FMI6ème puissance militaire mondiale3ème puissance nucléaire mondiale, n'est qu’un minuscule pays impuissant, soumis aux ordres de son grand protecteur américain et des dictats économiques des marchés financiers ?

Qui allez-vous élire en 2017 ?
Un anachronique réactionnaire échappé des années 70 ?
Un jeune fou furieux qui abuse des substances illicites (Voir vidéo ci-dessous) et qui insultait les chômeurs il y a quelques mois seulement ?


Je n’imagine pas un instant que vous élirez l’effrayant Jean-Luc Mélenchon, qui, il y a peu, versait quelques larmes sur la mort de Fidel Castro.
Malgré tout, je vous conseille d’écouter attentivement sa récente intervention concernant la guerre en Syrie. Il lui arrive parfois d'être lucide.






Post Scriptum : Essayez pour le moins d’élire un président qui ne nous fasse pas honte, comme les deux précédents !