mercredi 8 mai 2013

Le monde merveilleux de (du?) Capital



Mon cher Papa s’est abonné au mensuel Capital. Il serait pourtant dans la misère avec sa modeste retraite si ses enfants ne l'aidaient pas, mais il a une excuse, il a 85 ans. Et comme nous avions discuté il y a quelque temps de l’avenir de l’énergie, il fut tout content de me montrer l’autre jour le dossier que cet étrange journal avait rédigé sur ce brûlant problème. Certains articles traitaient même de sujets que nous avions déjà évoqués ensemble, comme la production de carburant avec des algues ou les centrales nucléaires sous-marines…


Voici le lien vers l'article en ligne sur le site de Capital : Energie, les fantastiques innovations qui nous attendent


Etrange journal en vérité que Capital. En parcourant ses pages, j’ai cru retrouver le parfum oublié d’une autre époque. Je m’attendais presque à trouver un article dithyrambique sur le Concorde ou sur le Minitel ! On y retrouve avec tendresse, cette douce confiance dans l’avenir qui régnait du temps de mon enfance.


Lisez ce joli journal illustré et vous entrerez dans le monde merveilleux de (du ?) Capital !

Vous y apprendrez que voici revenue l'ère bénite de l’énergie abondante ! Et comble du bonheur, notre beau pays et ses merveilleux chercheurs sont "bien placés" dans cette révolution du "marché" de l’énergie.


Selon Capital, en 2020, le gaz de schiste boostera notre économie, en 2025 les algues feront rouler une voiture sur cinq et en 2030, des minis réacteurs mobiles relanceront « notre » nucléaire ! Et cerise sur le gâteau, selon Capital, une baisse des prix pour le consommateur se profile !




Bon, vous aurez compris, on ne parle pas de l’énergie, mais du marché de l’énergie, et vous connaissez à présent l’adage : « le marché pour bien se porter à besoin de confiance ». Le marché a besoin d’être rassuré, afin que ses mains invisibles rendues célèbres par Adam Smith, ne tremblent pas. Et à dire vrai, depuis quelques temps, le marché devient fébrile quand on lui parle de l’énergie. On peut le comprendre lorsque l'on a entendu parler des fameux "pics de production" et que l'on a compris que la fameuse croissance ne reviendra plus du fait de la crise de l'énergie...


L’objet de ce billet n’est pas de démolir l’article de Capital. Si vous lisez cet article sur Transitio, c’est que vous vous intéressez déjà un peu au sujet. Transitio a parlé des algues et des minis centrales nucléaires (sous-marine ou pas) dès ses premiers articles !





Bien sûr que tout va changer !


Les nouvelles sources d'énergie évoquées par Capital sont les plus connues et les plus souvent évoquées lorsque l'on cherche un peu sur le WEB, et oui, bien sûr, beaucoup de choses vont changer dans les prochaines années. Mais faire croire que tout pourra continuer "business as usual", relève de l'abus de confiance. Aucun expert digne de ce nom n'oserait dire aujourd'hui que nous allons retrouver l'ère bénite de l'énergie à profusion et pas chère !

En 2011, Jeremy Grantham,  l’un des analystes financiers les plus respectés de la planète, à la tête du fonds d’investissements GMO de Boston, gestionnaire de plus de 100 milliards de dollars de capitaux avertissait : “Il est temps de se réveiller : l’ère des ressources abondantes et de la baisse des prix est finie pour toujours.” M. Grantham estimait que la croissance de la demande mondiale de matières premières surpassait “à un rythme alarmant” la croissance de l’offre.

Un “changement de paradigme” est très probablement en train d’avoir lieu, “peut-être l’événement économique le plus important depuis la révolution industrielle”, avançait l’investisseur britannique, célèbre pour avoir anticipé la bulle internet et la bulle des subprimes.


Il faut savoir également que le développement de toutes ces énergies alternatives va demander d'énormes investissements que bien peu de pays sont en capacité de trouver en cette période de crise...

Lisez cet article sur le site Manicore, de l'inévitable expert de la transition énergétique, Jean-Marc Jancovici, pour avoir une idée de l'état des lieux : Transition énergétique (ça calme...)

Il y aussi pourquoi pas, celui-ci sur le site de Terra-Nova : Transition énergétique : financer à moindre coût les énergies renouvelables

Cette note du Réseau Action Climat n'est pas mal non-plus : http://www.rac-f.org/IMG/pdf/Note_Financement_Transition.pdf

Mais ne manquez en aucun cas de visiter le site de France Nature Environnement : La transition énergétique sous toutes les coutures !



Et les gaz de schiste !? Frown


Quant aux gaz de schistes (extraits "proprement" ou pas), il suffit d’être un peu curieux pour commencer de comprendre que c’est loin d’être le miracle économique promis. D’aucuns, peut-être mieux informés, prétendent même qu’il s’agit probablement d’une nouvelle bulle spéculative.

En septembre 2009, des télégrammes diplomatiques du Consulat américain en Arabie Saoudite, révélés par Wikileaks, soulignaient le scepticisme de nombreux cadres de l’industrie pétrogazière de la région. Le vice-président de la société pétrolière nationale Aramco, par exemple, prévenait les Etats-Unis que leurs réserves de gaz de schiste étaient largement surestimées. Les grandes compagnies américaines avaient volontairement surestimé les réserves exploitables afin de faire gonfler leur titre en bourse et ainsi engranger de solides profits. Depuis, l’autorité des marchés financiers américaine a ouvert une enquête et les compagnies comme ExxonMobil et Chesapeake ont été assignées en justice.

Une enquête du New York Times de juin 2011 révélait déjà quelques fissures dans la construction médiatico-industrielle du «boom» des gaz de schiste, en ébruitant les doutes nourris par divers observateurs – géologues, avocats, analystes des marchés – quant aux effets d’annonce des compagnies pétrolières, soupçonnées de «surestimer délibérément, et même illégalement, le rendement de leurs exploitations et le volume de leurs gisements.

En 2012 certains experts américains ont démontré que les prévisions des industriels coïncidaient avec les nouvelles règles de la Securities and Exchange Commission (SEC), l’organisme fédéral de contrôle des marchés financiers. Adoptées en 2009, celles-ci autorisaient en effet les compagnies à chiffrer le volume de leurs réserves comme bon leur semble, sans vérification par une autorité indépendante.

Pour ce qui serait d’un miracle français des gaz de schistes, parlez-en aux polonais, qui eux aussi avaient été crédités du plus gros gisement d’Europe. La Pologne, le pays européen le plus pro-gaz de schiste, dopé par de premières estimations mirobolantes de l'AIE (qui parlait initialement de gisements de 5 300 milliards de m3) commence a déchanter quelque peu après qu’une trentaine de forages exploratoires aient été réalisés. Ses fabuleuses réserves ont en effet été revues à la baisse en mars 2012, divisées par un facteur dix par l'Institut national de géologie, et le géant ExxonMobil s'est retiré du pays

Non vraiment, il suffit de chercher un peu et l'on trouve (essayer les mots clés en anglais comme shale gas)



Bon, je n’insiste pas, vous l’aurez compris, Capital n’est pas un journal vraiment sérieux. C’est juste un joli magazine illustré destiné à donner des idées de placements à ceux qui ne savent pas quoi faire de leur argent, ou à donner une vision rassurante du monde à de pauvre gens comme mon vieux papa, dont la misérable retraite ne lui permet même pas de payer un loyer, (malgré qu’il ait travaillé jusqu’à 73 ans).




Un détour par la Chine ?


Ah oui ! J’allais oublier de vous parler de cet autre article incroyable que j’ai lu sur ce merveilleux magazine : «Marre de bosser ? Offrez-vous un Chinois ».

C’est l’histoire d’un ingénieur qui a eu l’idée "ingénieuse" de sous-traiter la tâche que lui confiait son patron à un ingénieur chinois, à qui il versait malgré tout, fort généreusement, 20% de son salaire. Cet article est une pépite ! Vous pouvez le lire sur le site de Capital en cliquant sur le lien suivant : Marre de bosser, offrez-vous un Chinois

Mais je vous conseille de télécharger la copie ci-dessous de la version papier, ne serait-ce que pour apprécier le bon goût de l’illustration (qui est différente sur le site). Vous remarquerez au demeurant que ne se trouve pas sur la version papier, la note de la rédaction figurant sur la version WEB, qui précise qu’il s’agit d’un "billet d’humour". Effectivement, rien ne manque à ce chef-d’œuvre d’humour poujadiste, du trait ironique sur les fonctionnaires payés à ne rien faire, à l’image ridicule du chinois avec un gros nœud rouge sur la tête (super drôle), en passant par l’apologie du "sport roi" dans le monde de la concurrence libre et non faussée, le foot !

Je vous l’ai dit, Capital n’est pas vraiment un journal sérieux… Wink



Aucun commentaire:

Publier un commentaire